Actualité

Agents de bord à la recherche de conditions de travail plus sûres, allègement financier

Les organisations d'agents de bord expriment leur frustration lorsque les compagnies aériennes du monde entier réduisent leurs capacités et licencient des travailleurs au milieu de l'épidémie de coronavirus (COVID-19).

L'Association des agents de bord professionnels (APFA), qui représente plus de 26 000 agents de bord d'American Airlines, a déclaré qu'il était «très offensé» que la compagnie aérienne offre aux pilotes des avantages financiers pour deux de leurs trois options de congé, mais pas la même chose pour les agents de bord. .

À la mode maintenant

Les coronavirus sont une grande famille de virus communs à de nombreuses espèces animales, notamment les chameaux, les bovins, les chats et les chauves-souris.

"Nos membres qui ont prouvé leur loyauté et leur professionnalisme à maintes reprises – au cours de cette crise et des événements passés – fr sacrifiant les salaires, les règles de travail, les pensions et maintenant leur santé, font voler leur compagnie aérienneUndquot;, a écrit la présidente nationale de l'APFA, Lori Bassani, dans un message aux membres mercredi.

"Nous sommes très offensés que la société ait offert des avantages financiers au groupe pilote pour deux des options pilotes et ne considérerait pas la même chose pour notre groupeUndquot;, a-t-elle ajouté. "C'est une gifle pour nos membres qui gardent cette compagnie aérienne fr l'air – et cela sous-estime gravement notre pertinence pendant cette crise ou toute autre crise."

Bassani a déclaré que le groupe continuerait de pousser les Américains à réduire les services fr vol afin de minimiser l'interaction étroite avec les passagers; la prime de risque pour les agents de bord qui n'ont pas les moyens de prendre des congés; des fournitures de précaution suffisantes pour les agents de bord et une protection accrue pour les membres dont le test de COVID-19 est positif ou qui sont mis fr quarantaine.

L'APFA a également déclaré qu'elle continuerait à appeler le gouvernement américain à inclure les travailleurs de première ligne dans les plans de sauvetage des compagnies aériennes pour s'assurer que l'argent parvienne à ses membres.

"Soyons très clairs, il ne peut tout simplement pas y avoir de renflouement. Nous l'avons fait auparavant, cela ne fonctionne pasUndquot;, a déclaré Sara Nelson, présidente de l'Association des agents de bord. Hill.TV. "Avec ces prêts, les conditions sont réuniesUndquot;, a-t-elle déclaré. "Plus de rachats d'actions, plus de primes pour les cadres supérieurs, plus de dividendes. Ce ne sera pas un renflouement pour Wall Street, ce sera un plan de secours pour les travailleurs."

Plus tôt cette semaine, le président et chef de la direction de Airlines for America (A4A), Nicholas E. Calio, a rassuré que l'industrie aérienne américaine "fait tout son possible pour préserver les 750 000 emplois d'hommes et de femmes qui travaillent dur et qui sont directement employés par les compagnies aériennes américaines, y compris les pilotes. , les agents de bord, les agents de porte et les mécaniciens, ainsi que les 10 millions d'emplois soutenus par l'industrie. "

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer